societe

AMATH DANSOKHO : « SI JE MEURS, JE NE VOUDRAIS PAS D’HOMMAGE… »

Dans une interview prémonitoire accordée en 2010 au défunt quotidien Walf Grand Place, Amath Dansokho martelait des propos qui avaient valeur de testament : « Si je meurs, je ne voudrais pas d’hommage folklorique, l’estime du peuple me suffit. Je regrette le fait que l’estime dont je bénéficie de la part des couches populaires ne se traduisent pas dans l’urne. Devenir président de la République du Sénégal ne m’a jamais effleuré l’esprit. Sidy Lamine Niasse a joué un rôle important pour mon entrée dans le gouvernement de Diouf. J’aime Abdoulaye Wade, c’est plus fort que moi. S’il arrive malheur à Karim, je porte plainte contre Wade

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer