People

«Donnez-moi les rôles les plus pourris, je vais les interpréter…»

Qui se cache derrière le personnage de Marème Dial ?

Mon nom est Halimatou Gadji. Ma mère est maroco-algérienne et mon père est sénégalais. Je suis née à Dakar, où j’ai grandi et fait mes humanités entre Rebeuss et les Sicap. Toutefois, je tiens mes origines à Linguère, Dahra Djoloff, particulièrement au village de Nguet. Je vais sur mes 30 ans bientôt. J’ai arrêté mes études en classe de 5e secondaire.

Pourquoi les avoir arrêtées si tôt ?

(Elle fronce les sourcils, semble moins enjouée). Si cela ne tenait qu’à moi, j’aurais arrêté bien plus tôt, en classe de CM2. Mais, puisque cela ne dépendait pas de moi, j’ai dû me coltiner l’école jusqu’au collège en classe de 5e. Il faut dire que mon parcours scolaire et mon enfance de manière générale, n’ont pas été de tout repos. Par rapport à mon handicap, j’ai été marginalisée. C’est à l’école que j’ai réellement sentie que j’étais différente, car je bégaie. Les enseignants avaient du mal à me comprendre et pour me faire parler, j’étais battue. Au delà de ces souffrances physiques, j’étais confrontée à la violence morale. J’entendais à tout bout de champs que j’étais bonne à rien, nullarde. Cela a fait naître en moi un profond dégoût, si bien qu’aller à l’école m’était devenu un supplice. J’y allais à contre cœur, ne supportant plus les injures et les moqueries, n’y voyant plus ma place. J’ai redoublé à deux reprises, avant de jeter définitivement l’éponge. Dans un coin de ma tête, je rêvais d’être actrice. J’ai décidé de tenter le coup et c’est ainsi que j’ai commencé à fréquenter les castings, à 14 ans

Qu’avez-vous vécu de traumatisant pour vous inciter à hypothéquer votre avenir ?

J’ai vécu énormément de choses qui m’ont poussé à laisser tomber les bancs. Toutes ces choses m’aideront à me battre et prouver à ces gens qui ne donnaient pas cher de moi, que je suis une personne forte. Je me suis battue pour en arriver là. Je me rappelle qu’en classe de CM2, à la remise des carnets de notes, mon maître a demandé à ma mère, de me retenir à la maison et m’apprendre à faire la cuisine et le ménage. Une fois grande, de me donner en mariage, car je ne servais absolument à rien.

Non seulement, je ne parle pas, mais je suis inintelligente. Je devais avoir entre 11 et 12 ans et cela a soulevé un énorme scandale à la maison. Ma mère était tellement déçue de moi, désemparée que cela m’a fait commettre ma première tentative de suicide. Elle se demandait ce qu’elle allait bien pouvoir faire de moi. Je l’inquiétais par rapport à mon handicap, car j’étais arrivée à un stade où on se demandait si je ne souffrais pas du spectre de l’autisme. Je la voyais souffrir à cause de moi et j’ai préféré ne plus être de ce monde, pour la libérer de ce poids. J’ai attendu un soir avant d’aller au lit, je suis entrée dans les toilettes, me suis mise devant le miroir. Je me suis insultée, auto-mutilée en me griffant et me tapant dessus. En larmes, j’ai ouvert la boite à pharmacie, avalé tout ce que j’ai trouvé, comprimés, sirops et autres. Ensuite, j’ai embrassé ma mère comme si c’était la dernière fois (elle éclate de rire). Le lendemain, ma mère m’a réveillée et je n’avais rien, à part des maux de ventre et une constipation. Pendant une semaine, j’en ai souffert, pissant un liquide bleu. Personne au sein de ma famille, n’a su ce qui s’était passé jusqu’à ce que les symptômes disparaissent. J’ai remis ça, à l’âge de 15 ans, puis de 17 ans, par noyade. Je me suis rendue à Gorée, après une énième prise de tête. Je suis montée sur un pont avec mon maillot de bain et j’ai plongé tête baissée, après avoir pleuré un bon coup. Je m’étais mise en tête qu’on allait me repêcher et que je serais à mon avantage avec mon deux-pièces (elle rit à gorge déployée).

Mais, par instinct, une fois dans l’eau, je ne sais par quelle prouesse, je me suis mise à nager, alors que je ne savais pas le faire. La peur m’a envahie, j’étouffais et j’ai fini par me tirer d’affaire. Je me suis alors dit, que si la mort ne voulait pas de moi, il y avait bien une raison. Qu’il était temps que j’impose ma personne à la société. Si on ne m’aime pas telle que je suis, que je reste quand même là.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité