Economie

ÉCONOMIE Pour le FMI, l’Afrique est mal préparée à la montée des tensions économiques à l’échelle mondiale

Estimant que « l’économie mondiale entre dans une période d’incertitudes politiques inhabituellement élevées », l’institution financière internationale a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne, comme l’avait fait la Banque mondiale il y a une semaine.

Les vents sont encore favorables en Afrique subsaharienne, si l’on en croit les Perspectives économiques publiées le 11 octobre par le Fonds monétaire international. La croissance moyenne, de 2,7 % en 2017, devrait progresser de 3,1 % cette année et peut-être de 4 % en 2019 sous l’effet des rééquilibrages budgétaires, de la hausse des prix des matières premières, de la demande des économies avancées et de la Chine, et enfin des taux d’intérêt toujours peu élevés.

Pourtant le Fonds s’inquiète. Par rapport à ses prévisions d’avril, il a abaissé de 0,3 point la croissance moyenne prévue pour les 45 pays étudiés, parce que « l’économie mondiale entre dans une période d’incertitudes politiques inhabituellement élevées ». Le ralentissement en cours dans les pays avancés pourraient être aggravé par les tensions commerciales provoques par les ETATS UNIS les prix des matières premières pourraient évoluer de façon désordonnée.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :